Choisissez votre taux de nicotine ?

Ça y est, vous voulez faire le grand pas. Arrêter la cigarette pour la remplacer par une vapoteuse. Tous les éléments sont réunis pour que vous commenciez sauf un, vous ne savez pas quel taux de nicotine choisir pour vos e-liquides. Quel type de nicotine et en quelle quantité ? Ne vous inquiétez pas, on va tout vous expliquer.

La nicotine dans les e-liquides, comment ça marche ?

Chaque profil de fumeur est différent. Certains fument quelques cigarettes tandis que d’autres n’ont aucun mal à consommer ? deux paquets par jour. Si vous commencez la cigarette électronique, il faut donc choisir un taux de nicotine en fonction de vos habitudes d’ancien fumeur.

La nicotine dans le e-liquide a deux rôles bien précis :

  • elle dégage un “hit”. Cette sensation que vous avez en gorge lors des bouffées. Plus la quantité est élevée dans le e-liquide, plus vous ressentirez ce fameux “hit” en gorge. C’est un critère important dans le choix du bon e-liquide.

  • elle comble le manque possible ressenti dans les premières phases d’utilisation. Ce qui est primordial quand vous commencez la vape, c’est d’avoir le bon taux de nicotine pour avoir votre dose en permanence et ne pas être tenté de refumer.

Important : sachez que la nicotine inhalée avec la cigarette électronique est 5 à 10 inférieure à une cigarette classique (en raison de l’absence des produits chimiques présents dans la fumée de cigarette qui augmentent la dépendance). Donc si vous avez le réflexe de vapoter en permanence dans les premiers jours, pas d’inquiétude, c’est tout à fait normal. Au fil du temps, vous baisserez significativement votre taux de nicotine pour trouver votre dose quotidienne idéale ?

Quel taux de nicotine dois-je choisir ?

Chaque vapoteur est différent et doit choisir lui-même son bon taux de nicotine. Ce n’est pas chose aisée au début, il faut faire quelques tests pour trouver le dosage idéal. Chaque e-liquide est décliné en plusieurs taux de nicotine.

Les plus communs sont généralement 0, 3, 6, 12 et 16mg/ml. Ils peuvent varier d’une marque à l’autre mais c’est généralement sur ces valeurs là que vous retrouverez les déclinaisons des produits.

Au début, on vous conseille de prendre un taux assez élevée pour avoir votre dose en permanence pour éviter toute tentation de retoucher une cigarette classique. Un e-liquide en 16 ou même 18mg/ml fera l’affaire. Si vous êtes un petit fumeur, vous pourrez commencer sur du 12mg voire du 6mg mais attention à ne pas vous voiler la face. Si vous avez besoin de 12mg/ml, prenez du 12mg/ml (pas de chichis entre nous). Restez le plus humble possible avec vous même. Arrêter de fumer n’est pas une mince affaire, alors mettez toutes les chances de votre côté !

Petit conseil : gardez toujours un e-liquide avec un taux de nicotine supérieur à votre consommation normale en cas de secours. Si vous vapez du 6mg, gardez un e-liquide en 12. Si vous vapez en 12, gardez un e-liquide en 16. Vous avez compris le truc hmm ?



Les erreurs à ne pas faire

Un peu plus tôt, on vous parlait du hit en gorge que provoque la nicotine. Plus la dose est élevée, plus le hit sera important. Néanmoins, vous ne pouvez pas vaper des fort taux de nicotine sur n’importe quel matériel. Pourquoi et que choisir alors ?!

Pourquoi ?

Si vous optez pour du matériel de type “sub-ohm” avec un tirage plutôt aérien qui dégage beaucoup de vapeur, la dose de nicotine sera forcément plus élevée à chaque bouffée. Et le combo fort taux de nicotine + volume de vapeur élevé ne fait pas bon ménage.

La concentration de nicotine va être beaucoup trop importante et le hit en gorge sera trop violent, même pour un gros fumeur. Des e-liquides supérieurs à 12mg/ml sur ce genre de matériel pourront générer de la toux, des nausées, des irritations de la gorge etc…

Quel matériel adéquat choisir ?

Pour vaper à forte dose de nicotine, il faut privilégier du matériel à tirage serré (si vous ne connaissez pas la différence entre tirage serré et aérien, allez voir notre article consacré à ce sujet). Ce matériel est destiné à dégager moins de vapeur pour se rapprocher le plus possible de la sensation d’une cigarette classique en bouche. Et comme le volume de vapeur est beaucoup moins important, vous pouvez vous permettre d’avoir un taux de nicotine plus élevé.

Le sel de nicotine, une alternative efficace

Le SEL de nicotine, comme son nom ne l’indique pas, n’est pas extrait sous forme cristalline comme son appellation laisserait sous-entendre. Il s’agit juste de son origine chimique dite « alcaloïde ». En fait, celui-ci est extrait sous forme liquide à partir de la feuille de tabac.

Sels de nicotine VS Nicotine Pharmaceutique

Nous parlons ici d’une innovation majeure puisqu’il s’agit d’un outil de sevrage tabagique efficace.

En effet, Le sel de nicotine étant plus naturel que la nicotine pharmaceutique (obtenue sous une forme purifiée) présente dans les liquides classiques est d’une efficacité redoutable. L’effet de la nicotine ne prend que quelques secondes pour arriver au cerveau. La nicotine classique, malgré l’assimilation rapide par l’organisme demande un laps de temps de quelques minutes. Ce qui, pour de gros fumeurs, peut-être contraignant, voir déroutant, de devoir vaper plusieurs minutes avant d’y trouver leur compte.

Certains ayant essayer de se passer de « la tueuse » ont été confrontés à un désagrément de taille avec les liquides classiques. Leur gorge irritée par des années de tabagisme n’ont pas supporté des taux de nicotine élevés semblant pourtant correspondre à leur consommation de cigarettes et ont abandonné à cause de quintes de toux provoquées par la nicotine purifiée.

Avec le sel de nicotine, c’est terminé ! Son effet est incroyablement proche de celui de la nicotine brûlée donc totalement différent de la nicotine purifiée. Fini les irritations et les quintes de toux car le « hit » est beaucoup plus doux même si le dosage semble élevé. De plus, il évitera aux gros fumeurs d’avoir constamment leur vapote en mains tout en vapant beaucoup moins.

Pour qui ?

Le sel de nicotine convient à tout type de vapoteur. Les primo-accédants trouveront leur compte tout comme les experts consommant de forts taux de nicotine.

Ces derniers préfèrent bien souvent confectionner leurs propres liquides. C’est tout à fait possible avec les boosters de sels de nicotine (mettre lien) qu’ils peuvent diluer dans leur base. Néanmoins, mieux vaut avoir la main légère. Le sel de nicotine est plus puissant et il faudra alors diminuer de moitié le taux habituel. Puis, si l’effet est insuffisant en ajouter petit à petit afin de trouver le bon dosage.

Matériel adéquat

Cependant, il faut savoir que les sels de nicotine ne se vapent pas sur toutes les e-cigarettes.

Il est primordial d’avoir un matériel spécifique étant compatible aux sels de nicotine. Ils nécessitent une e-cigarette avec des résistances de faibles puissances (1.5 ohm – 2.00 ohm). Le Sub ohm est à proscrire absolument pour éviter tout surdosage amenant à des maux de tête.

Il est donc primordial d’utiliser du « petit matériel » comme le KODDOPOD NANO léger, fiable et d’une facilité d’utilisation déconcertante. Les recharges (Pods) déjà préremplies éviteront toutes mauvaises manipulations ce qui est très appréciées par les débutants. Cela leur permettra d’avoir une vape nomade à emporter vraiment partout sans risque de fuites.

Pour les vapoteurs confirmés ayant déjà leur matériel (kit jem, clearomiseur Nautilus, mini Nautilus, Nautilus X, GS Air …) la gamme de liquides aux sels de nicotine MINIMAL  de FUU pourront leur permettre de remplir leur réservoir.

Conclusion

L’innovation du « sels de nicotine » promet un avec certain. Il est vrai qu’elle offre LA solution idéale pour toutes les personnes qui souhaite faire un sevrage efficace et rapide. De plus, le matériel reste simple et l’expérience est proche de la cigarette classique. Le « hit » est doux et vous pourrez fumer de façon discrète (c’est à dire sans avoir un énorme nuage de vapeur autour de vous).